La Chine: 2ème Puissance Économique Mondiale du 21e siècle. Un rêve concrétisé

Source: ToutHaiti

Par Kerlens Tilus —  Ce papier est le premier d’une série de réflexions que j’aurai à faire sur des pays développés qui ont été des états paria à la fin de la 2ème guerre mondiale, et, qui ont pu monter l’échelle du développement en 50 ans. Haïti est aujour’hui vilipendée par la communauté internationale. Nous sommes le pays le plus pauvre du monde, d’après cette même communauté. Les Haitiens sont aux abois; ils ne savent pas à quel saint se vouer. Les Haitiens n’ont plus d’espérance en l’avenir. Nous sommes déterminés et nous croyons, avec toute la force de notre âme de fervent Chrétien Évangélique, de descendant de Jean Jacques Dessalines, d’Intellectuel qu’une autre Haïti est possible. Nous devons faire des sacrifices pour la construire. Voyons voir comment la Chine a pu relever ce grand défi de son côté. Nous souhaitons que d’autres jeunes suivront notre action et produirons des papiers sérieux pour donner des pistes de solution.

Quand la Chine se réveille

“Quand la Chine se réveille”, le titre d’un best-seller des années 70 est devenu réalité. En effet, selon le classement officiel des Nations-Unies, la Chine est passée du state de pays du Tiers-Monde à celui de 2ème puissance économique du monde. Quelle prouesse? Quelle enjambée? Ce qui était, il y a quelques décennies, une utopie réalisable, est devenue aujourd’hui une réalité évidente. Le niveau de vie des chinois a pris une courbe ascendante (voir les chiffres sur le PIB, PNB chinois). Le commerce extérieur chinois a laissé la zone d’ombre pour se voir accueillir dans les grands salons des pays de l’OCDE ( voir les statistiques sur la balance commerciale chinoise 2000-2012). La Chine a changé de couleur. Elle est une Chine rouge en surface, bleu en profondeur en attendant de devenir verte. Le symbolisme de ces couleurs n’est pas innocent. La Chine s’est-elle réveillée effectivement? Dans quelles conditions? Et comment?

La Chine: Pays pauvre du 19e siècle

Quand on connaît l’histoire économique de la Chine entre 1860-1920-1949, on a le sentiment que ce pays suit une trajectoire globalement positive entre l’époque de la Revolution de Sun Yatsen et celle de nos jours. Quelques détails pour l’histoire.

Politique

La Chine nationaliste de Sun Yatsen a tente sans succès décisif de libérer ce pays de la domination étrangère. La droite conservatrice, sous le leadership de Chiang Kai Chek, a tout fait pour éviter une transformation socio-politique qui aurait amené la Chine à rompre la spirale de la domination étrangère. Il s’en est suivi une guerre civile entre les Nationalistes Conservateurs qui ont pris le pouvoir dans les années 20 et les classes opprimées rangées sous le leadership de Mao Tse Toung, leader historique de la Gauche Radicale Chinoise. La guerre s’est terminée en 1949 par la victoire des forces de la gauche et Chiang Kai Chek s’est éxilé à Taiwan pour créer la République Démocratique de Chine. Depuis, deux chines coexistent pendant un bon laps de temps. L’une, dirigée par Mao Tse Toung qui, entre temps a entrepris de faire la Révolution Culturelle (1960-1970). L’autre, dirigée par Chiang Kai Chek, leader de la Chine Nationaliste, qui a appliqué en toutes lettres la médecine économique libérale avec un certain succès. La Chine est restée jusqu’à cette date, un pays divisé, partagé entre deux systèmes économiques opposés: Le Collectivisme d’État à Pékin et le Capitalisme libéral à Taiwan.

La Chine: Pays ravage au 20e siècle

Alors que l’URSS plastronnait dans l’univers communiste comme le pays du Socialisme Réel, la Chine de Mao a connu la misère et la révolte pendant au moins deux décennies ou presque. En effet, le Maoisme proposait, à l’époque, un système verrouillé où les communes populaires sont gérées d’en haut par un camarilla aux ordres du grand timonier. Cette expérience n’a pas eu l’effet escompte. La rareté, d’abord s’est mise de la partie. L’inflation galopante aidant, cette collectivisation tant vantée par les agents de la Révolution Culturelle a finalement bel et bien échoué. Plusieurs explications tiennent la route, dont l’excès de zèle des militants ultra-gauche de la Revolution Culturelle qui, elle aussi, a mal tourné. C’est la fin de l’époque maoiste. Un procès célèbre, celui de la Bande des 4, s’est terminé par la condamnation des plus zélés partisans du Maoisme pur et dur. Une nouvelle époque vient de naître en Chine.

La Chine: Une Économie Mixte en progrès

1949-1979, une époque s’est terminée avec notamment la mort du grand timonier, le procès de la Bande des 4 et l’arrivée au sommet de l’État d’un leader historique de la Révolution: Deng Xiao Ping. Il a lancé, après avoir sécurisé son pouvoir politique, une série de réformes économiques que certains économistes ont qualifié de “Potion d’Économie Mixte”. Et, le mot est lâche. Sous l’égide de cette nouvelle orientation, le rôle de l’État s’est amoindri au profit d’une plus importante influence de la liberté d’entreprendre. D’où le modèle connu en histoire sous le label “Économie Mixte”. L’État Chinois contrôle les grandes orientations économiques. Le secteur privé joue son rôle traditionnel de promotion de la libre entreprise. Le tour est joué et ça a marché. Des les premières années de la période 1980-2000, certains signes positifs pointent déjà à l’horizon. La balance commerciale chinoise montre des signes résolument positifs sous le leadership de Deng Xiao Ping, le maître à penser de cette évolution tranquille qui a propulsé la Chine dans l’arène des grands pays de la fin du 20e siècle. Dans tous les domaines de la haute technologie à la littérature, en passant par l’industrie de la construction; le boom économique chinois s’est accompagné d’une ouverture culturelle sans précédent. L’État, de concert avec le secteur privé, innove et soutient la croissance économique par des mesures incitatives appropriées. La Chine de Mao fait place nette à celle de Deng Xiao Ping.

Depuis l’accession au pouvoir de Deng Xiao Ping, vers la mi-70’s, la Chine a connu d’énormes progrès dans trois domaines spécifiques: L’augmentation continue de la croissance économique; la modernisation des infrastructures; la montée en flèche du pays au rang des pays les plus importants de la planète. C’est la traduction en acte de la thèse du grand bond en avant, émise dans les années 60’s, à l’occasion de la Révolution Culturelle chinoise. Comment la Chine, hier pays sous-développé, pays du Tiers-Monde, a t-elle pu devenir, la deuxième puissance économique du monde après les États-Unis d’Amérique et avant la France, et l’Angleterre? Qu’est-ce qui a marché dans le modèle chinois?

L’Augmentation Continue de la Croissance Chinoise: les vertus du modèle de l’Économie Mixte

La Chine de 1949 était un pays sous-développé en regard de trois critères de classement: le PIB, la relance des infrastructures de production et l’exploitation des ressources naturelles. De 1976 à 1990, la Chine a fait des progrès énormes dans le domaine de la production des matières premières agricoles. Conformément à l’objectif fondamental de la Révolution Chinoise qui est le renversement de la situation chronique de pauvreté des masses chinoises dans le système économique mondial, qui a échoué en Chine avant 1980; le nouveau leadership chinois a changé le cours de l’histoire économique du pays et du monde en adoptant la formule d’Économie Mixte qui encourage à la fois les investissements de l’État dans les secteurs clés de l’économie sans négliger l’investissement privé dans un modèle de Capitalisme d’État. L’expérience a marché au point que depuis les années 90, la Chine s’est hissée au rang des 5 pays émergeant du monde.

La Modernisation des Infrastructures

train-rapide-chineLa Chine de Deng Xiao Ping a fait de la Modernisation des Infrastructures un des trois piliers de la transformation de la société chinoise. Dans les domaines essentiels comme le transport urbain, les communications et nommément dans l’électronique, la Chine a pris le chemin des modernisations revues, corrigées, augmentées. C’est ainsi que le secteur des transports en Chine est l’une des grandes améliorations à mettre au tableau de chasse de la Nouvelle Nomenklatura. Ces progrès, qui ont commencé sous le leadership de Deng Xiao Ping ont continué sous celui de Hua Guo Feng et la nouvelle génération de leaders qui mettent le progrès de la société chinoise au coeur du projet national chinois. Dans le domaine spécifique du commerce extérieur, la Chine a procédé à une augmentation sensible du volume de production de sorte que la balance commerciale devienne de plus en plus positive d’année en année. Pour ce faire, des efforts consistants et considérables ont été réalisés dans les domaines de la Science et de la Technologie, dans l’amélioration du système éducative chinois. L’État de ce pays a misé sur la diversité des régions économiques de ce grand ensemble géographique pour encourager le développement des zones de grande fertilité agricole pendant qu’une réforme de l’Éducation efficace a fini de projeter la Chine au sommet des pays qui ont fait reculer l’analphabétisme dans le monde.

La Chine a reçu différents prix internationaux dans des secteurs comme les Arts Plastiques ou la littérature etc. Ce n’est pas un accident. C’est plutôt le résultat d’éfforts consistants dans les secteurs clefs de la création et de l’éducation artistique et surtout dans la campagne de promotion des sciences dures. Les chinois ont massivement investi dans les technologies de pointe, ce qui leur permet d’être à la hauteur des grands défis internationaux. Pour cette révolution induite au développement de l’Économie Mixte, ce pays s’est hissé à la tête des 10 grandes nations de la planète. Évidemment, tout n’est pas rose sous le ciel de la République de Chine. Il y a des bosses ici et là, notamment au niveau du chapitre sensible des Droits de la Personne. Cependant, l’une des victoires importantes de cette modernisation est le recul du sous-développement, de la malnutrition, et surtout, de l’analphabétisme qui caracterise encore aujourd’hui la grande majorité des pays de l’Afrique, de l’Amérique Latine et des Caraïbes.

Une nouvelle ouverture, cette fois, culturelle, a permis au tourisme chinois de permettre à l’art et à la littérature du pays de connaître des succès retentissants dans le monde globalisé actuel. Désormais, la Chine est présente sur toutes les scènes mondiales, notamment en Afrique, en Europe et en Amerique. L’Occident ouvre ses portes aux hommes d’affaires chinois. Et, depuis près d’une quizaine d’années, sous le leadership du remplaçant de Hua Guo Feng, Mr Hu Jin Tao, la Chine pénètre les marchés occidentaux sans complexe. La lutte idéologique est mise sous le boisseau. Le progrès économique entraîne la société vers une plus grande consommation des produits de luxe. Néanmoins, tout n’est pas tout rose partout. Un nouveau leader vient d’accéder au timon des affaires. On va voir ce que l’histoire va réserver à la Chine actuelle.

Le modèle chinois, est-il exportable?

chine-drapeauLe modèle chinois, est-il exportable? Autrement dit, ce qui a marché dans la transformation économique et sociale chinoise peut-il être réédité ailleurs? Il n’y a pas de solution toute faite, prête à porter en matière de transformation sociétale. De même que le capitalisme américain n’est pas exportable ailleurs dans les mêmes termes, il en va de même pour la transformation sociale de la Chine, pays du Tiers-monde en 1949 en pays développé en 2012. Il y a d’abord, la volonté résolue du leadership développé par les Chinois après la mort du grand timonier, toujours respecté en Chine, en dépit des erreurs associées à la période de la Révolution Culturelle dans les années 60’s. Il y a ensuite, le désir de progrès infusé dans la tête de la Jeunesse Chinoise à travers les reformes effectuées dans le système éducatif chinois; ce qui a favorisé le recul de certaines traditions de blocage. Il y a enfin, la conquête de la liberté d’investir conjointement avec le contrôle tatillon de l’État au risque de créer des poches de dérive ça et là a l’échelle d’une société en mutation profonde. Ces trois facteurs combinés, sont au Coeur de cette révolution scientifique et technique qui a opéré le miracle sociétal chinois. Désormais, la Chine est ouverte sur le monde sans complexe, mais résolue de franchir les frontières amenant au progrès.

Quelle leçon pour Haïti?

La Chine fut partagée par 5 grandes puissances à une certaine époque: Les États-Unis d’Amérique, La France, L’Allemagne, L’Angleterre, le Japon. Aujourd’hui, Haiti est partagée par les États-Unis, l’Union Européenne et les Nations-Unies avec l’aide de certains Conzé Haitiens. Le futur d’Haiti doit être déterminé, aujourd’hui par les jeunes, nés entre 1970 et 1990 avec les adultes comme grands conseillers qui feront de l’éducation, des valeurs Haitiennes leur boussole. La jeunesse montante doit faire alliance avec les paysans, cette couche défavorisée, qui a toujours fait les frais des Nantis d’Haïti et des intellectuels zokiki(prostitués) de la classe moyenne. Haiti a tous les atouts pour être un pays développé en 2050. Nous avons les ressources humaines à l’étranger et en Haïti. Nous avons les ressources financières dans la Diaspora pour permettre d’investir dans les infrastructures, l’éducation, l’agriculture, le tourisme. Nous devons briser le cercle vicieux de la culture crabe mise en place par ceux qui bénéficient de cet État faible. Nous avons déjà fait l’anamèse, le diagnostic du malade Haïti; Aujourd’hui, nous avons besoin des médecins stratèges, spécialistes capables de spécifier l’objectif thérapeutique pour traiter le malade. Nous prônons une Action concertée des Haitiens de la l’intérieur et ceux de la Diaspora pour arriver à la Renaissance d’Haïti. Nous devons avoir le cran de dire à la communauté internationale de garder son aide empoisonnée. Haiti n’est pas une poubelle; nous n’acceptons pas le label de “Backyard of the United States”. Je me demande est ce qu’on pourra faire comprendre aux Conzé en Haïti et dans la Diaspora la nécessité d’opérer ces changements pour arriver à une Haïti Nouvelle par le dialogue? Dieu seul sait. En attendant, encourageant nos génies, nos consciencieux intellectuels surdoués comme Samuel Pierre, Ludovic Comeau Jr qui ont vu la nécessité de s’unir pour offrir à Haïti un think thank, le GRAHN pour réaliser des études, faire des propositions pour matérialiser le rêve d’une Haïti Nouvelle. Le sang a coulé en 1804, le sang a coulé durant les 200 dernières années. Le sang coulera pour que cette grande nation, la première République Noire dans le monde puisse trouver sa place de pays développé dans le concert des nations.

” Haiti a été le premier pays où on a aboli l’esclavage. Toutefois, les encyclopédies les plus répandues et presque tous les textes d’éducation attribuent à l’Angleterre cet honneur historique. Il est vrai qu’un beau jour l’empire a changé d’avis, lui qui avait été le champion mondial du trafic négrier; mais l’abolition britannique s’est produite en 1807, trois années après la révolution haitienne et s’est avérée tellement peu convaincante qu’en 1832 l’Angleterre a dû interdire à nouveau l’esclavage. La négation d’Haïti n’a rien de nouveau. Depuis deux siècles, elle souffre dédain et punition. Thomas Jefferson, figure de la liberté et propriétaire d’esclaves, signalait que d’Haïti provenait le mauvais exemple; et il disait qu’il fallait “confiner la peste dans cette île”. Son pays l’a écouté.”

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s